Regarding Our Plea Deal

http://www.youtube.com/watch?v=MIjEv6VtV0w

For statements read in court, please see the individual statements section of this website.

November 22, 2011 — As people across Turtle Island look towards the global wave of protests against the austerity agenda, the memory of the 2010 G20 protests in Toronto looms large as both inspiration and caution. We are seventeen people accused by the state of planning to disrupt the leaders summit – the prosecutors call us the G20 Main Conspiracy Group.

This alleged conspiracy is absurd. We were never all part of any one group, we didn’t all organize together, and our political backgrounds are all different. Some of us met for the first time in jail. What we do have in common is that we, like many others, are passionate about creating communities of resistance.

Separately and together, we work with movements against colonialism, capitalism, borders, patriarchy, white supremacy, ableism, hetero/cis-normativity, and environmental destruction. These are movements for radical change, and they represent real alternatives to existing power structures. It is for this reason that we were targeted by the state.

Although these conspiracy charges have been a big part of our daily reality for the past year and a half, we have been slow in speaking out collectively. This is partly because of the restrictive bail conditions that were placed on us, including non-association with our co-accused and many of our close allies. In addition, those of us who did speak out have been subjected to a campaign of intimidation and harassment by the police and prosecutors.  We are writing now because we have decided to resolve our charges to bring this spectacle to an end.

The state’s strategy after the G20 has been to cast a wide net over those who mobilized against the summit (over 1, 000 detained and over 300 charged) and then to single out those they perceived to be leaders. Being accused of conspiracy is a surreal, bureaucratic nightmare that few political organizers have experienced in this country, but unfortunately it is becoming more common. We can’t say with any certainty if what we did was in fact an illegal conspiracy. Ultimately though, whether or not our organizing fits into the hypocritical and oppressive confines of the law isn’t what’s important. This is a political prosecution. The government made a political decision to spend millions of dollars to surveil and infiltrate anarchist, Indigenous solidarity, and migrant justice organizing over several years. After that kind of investment, what sort of justice are we to expect?

We have not been powerless in this process; however any leverage we’ve had has not come from the legal system, but from making decisions collectively. This has been a priority throughout, particularly in the last several months, as the preliminary inquiry gradually took a back seat to negotiations for a deal to end it. The consensus process has been at times a heart-wrenching, thoughtful, gruelling, disappointing, and inspiring experience, and in the end, we got through it together.

Of the seventeen of us, six will be pleading and the eleven others will have their charges withdrawn. Alex Hundert, and Mandy Hiscocks are each pleading to one count of counselling mischief over $5,000 and one count of counselling to obstruct police, and Leah Henderson, Peter Hopperton, Erik Lankin, and Adam Lewis are each pleading to a single count of counselling mischief over $5,000. We are expecting sentences to range between 6 and 24 months, and all will get some credit for time already served in jail and on house arrest.

Three defendants in this case had their charges withdrawn earlier and one has already taken a plea to counselling mischief over $5,000 that involved no further jail time. This means that out of twenty-one people in the supposed G20 Main Conspiracy Group, only seven were convicted of anything, and none were convicted of conspiracy. The total of fourteen withdrawals demonstrates the tenuous nature of the charges.

This system targets many groups of people including racialized, impoverished and Indigenous communities, those with precarious immigration status, and those dealing with mental health and addiction.  The kinds of violence that we have experienced, such as the pre-dawn raids, the strip-searches, the surveillance, and pre-sentence incarceration happen all the time.  The seventeen of us have moved through the legal system with a lot of privilege and support.  This includes greater access to “acceptable” sureties, and the financial means to support ourselves and our case.  While the use of conspiracy charges against such a large group of political organizers is noteworthy, these tactics of repression are used against other targeted communities every day.

There is no victory in the courts. The legal system is and always has been  a political tool used against groups deemed undesirable or who refuse to co-operate with the state. It exists to protect Canada’s colonial and capitalist social structure. It is also deeply individualistic and expensive. This system is designed to break up communities and turn friends against each other.

Within this winless situation, we decided that the best course of action was to clearly identify our goals and needs and then to explore our options. Within our group, we faced different levels of risk if convicted, and so we began with the agreement that our top priority was to avoid any deportations. Other key goals we reached were to minimize the number of convictions, to honour people’s individual needs, and to be mindful of how our decisions affect our broader movements. Although we are giving up some important things by not going to trial, this deal achieves specific goals that we weren’t willing to gamble.

Our conversations have always been advised by concern for the broader political impacts of our choices. One noteworthy outcome is that there are no conspiracy convictions emerging from this case, thus avoiding the creation of a dangerous legal precedent that would in effect criminalize routine tasks like facilitation. Taking this deal also frees up community resources that have been embroiled in this legal process.

We emerge from this united and in solidarity.

To those who took us in while on house arrest, to those who raised money for our legal and living expenses, to those who cooked food, wrote letters, offered rides and supported us politically and emotionally throughout, thank you.

To those in jail or still on charges from the anti-G20 protests, to political prisoners and prisoners in struggle, we are still with you.

To communities and neighbourhoods fighting back from Cairo to London, from Greece to Chile, in Occupied Turtle Island and beyond, see you in the streets.

from top-left: Pat Cadorette, Erik Lankin, Paul Sauder, Meghan Lankin, Bill Vandreil, Joanna Adamiak, Julia Kerr, David Prychitka, Alex Hundert, Monica Peters, Sterling Stutz, Leah Henderson, Adam Lewis, Mandy Hiscocks, Peter Hopperton, SK Hussan, Terrance Luscombe
 

If you would like to issue a solidarity statement, please email toronto.g20resist@gmail.com and let us know.

———————————————————————————————————————————————————————

Le 22 novembre 2011 – Alors qu’aux quatre coins de l’Île-Tortue nos communautés se tournent vers le courant planétaire d’opposition aux diktats d’austérité, le souvenir des manifestations anti-G20 de juin 2010 à Toronto nous sert autant d’inspiration que de mise en garde.

Nous sommes dix-sept. Dix-sept personnes accusées par l’État canadien d’avoir «conspiré» pour perturber le sommet des «leaders» du G20. Les procureurs de la couronne nous ont attribué l’étrange étiquette de «Principal groupe de comploteurs du G20», ou “G20 Main Conspiracy Group“.

Ces accusations de complot ne sont rien d’autre qu’une sinistre farce. Nous n’avons jamais tous et toutes participé à un seul et même groupe, nous n’avons jamais organisé tous et toutes ensemble et, en réalité, nous sommes tous et toutes issuEs d’horizons politiques variés. En fait, certainEs d’entre nous se sont rencontréEs pour la première fois entre les murs de la prison ! Ce que nous partageons par contre, et ce, avec un nombre incalculable de camarades, c’est une passion pour la création de communautés de résistance.

Séparément ou ensemble, nous œuvrons au sein de mouvements opposés au colonialisme, au capitalisme, aux frontières, au patriarcat, à la suprématie blanche, à la discrimination fondée sur les capacités, à l’hétéronormativité et à la destruction de l’environnement et des milieux de vie. Nos mouvements militent en faveur du changement radical et représentent d’authentiques alternatives aux structures de pouvoir actuelles. C’est principalement pour cette raison que nous avons été cibléEs.

Ces accusations, aussi ridicules soient-elles, ont occupé le plus clair de notre temps au cours des dix-huit derniers mois. Malgré cela, il nous aura fallu tous ce temps pour enfin nous exprimer d’une seule et même voix. Ce silence est en partie attribuable aux conditions sévères qui pesaient sur nous, y compris la non association avec nos co-accuséEs et plusieurs de nos alliéEs les plus proches. De plus, ceux et celles d’entre nous qui se sont expriméEs publiquement ont fait l’objet de campagnes d’intimidation de la part de la police et des procureurs. Nous écrivons aujourd’hui parce que nous avons négocié une entente visant à mettre un terme aux poursuites entamées contre nous et hâter la conclusion de cette ridicule comédie.

La stratégie de l’État à l’égard du G20 a été de jeter des filets aussi larges que possible sur tous ceux et toutes celles qui s’étaient mobiliséEs contre le sommet (plus de 1 000 manifestants et manifestantes détenuEs et plus de 300 accuséEs) pour ensuite déterminer celles et ceux qui faisaient, aux yeux de la couronne, figure de leaders. Être accuséE de complot est un cauchemar bureaucratique surréaliste que bien peu de militants et militantes ont eu l’infortune de connaître au Canada jusqu’à présent. Malheureusement, ce cauchemar tend à se répéter. Il nous est impossible d’affirmer avec certitude si ce que nous avons fait constitue ou non un complot ou une «conspiration». Mais en fin de compte, il importe peu que nos actions répondent ou non aux définitions oppressives et hypocrites de la loi. Car il nous semble évident que ces poursuites sont, avant tout, de nature politique. Le gouvernement a sciemment choisi de dépenser des centaines de millions de dollars pour surveiller et infiltrer les milieux anarchistes, les réseaux de solidarité avec les autochtones et les mouvements de justice pour les migrants et migrantes. Après l’aveu d’un investissement aussi démesuré, quelle justice pouvons-nous encore espérer?

Malgré tout, nous n’étions pas complètement impuissantEs dans ce processus. Le peu de prise que nous avons eu sur les négociations est dû à notre rigoureux processus de prise de décision collective. Particulièrement au cours des derniers mois, au fur et à mesure que l’enquête préliminaire laissait place aux transactions visant à en finir au plus vite, cette recherche de consensus est restée pour nous une constante priorité. Cette conversation a été une expérience tour à tour déchirante, épuisante, décevante et inspirante. Mais au final, nous en sommes sortiEs uniEs.

Des dix-sept, six plaideront coupable et les onze autres verront leurs accusations retirées. Alex Hundert et Mandy Hiscocks plaident chacunE coupable à deux accusations d’avoir «conseillé la commission d’une infraction», et Leah Henderson, Peter Hopperton, Erik Lankin et Adam Lewis plaideront chacunE coupable à un chef d’accusation similaire. Nous nous attendons à des peines d’emprisonnement variant entre six et 24 mois, et on nous créditera le temps déjà passé en détention ou en assignation à domicile.

Trois accuséEs impliquéEs dans la même affaire ont déjà vu leurs accusations tomber et un quatrième avait déjà négocié sa sortie sans peine d’emprisonnement supplémentaire. Cela signifie que des 21 personnes initialement comprises dans le «Principal groupe de comploteurs du G20», seulement sept ont été condamnées et aucune n’a été trouvée coupable de complot. Cette proportion de retraits est saisissante et démontre clairement l’absurdité des accusations!

L’ordre dominant opprime de nombreux segments de la population, et en particulier les communautés racisées, défavorisées ou autochtones ainsi que les personnes au statut d’immigration précaire et celles et ceux qui vivent avec des problèmes de dépendance ou de santé mentale. La violence que nous avons subie, y compris les rafles de police au petit matin, les fouilles à nuE, la surveillance et l’incarcération avant procès, s’abat quotidiennement sur ces personnes et ces communautés. Nous avons eu la chance et le privilège d’être soutenuEs tout au long de notre traversée du système judiciaire. Cela inclut l’accès à des garantEs de caution jugéEs «acceptables» et à des moyens financiers pour assurer notre survie quotidienne et notre défense juridique. Même s’il est remarquable que, dans ce cas-ci, l’État ait eu recours à des accusations de complot contre un aussi grand nombre de militants et militantes, il convient de noter également que ces tactiques répressives sont employées quotidiennement contre d’autres communautés persécutées.

Au tribunal, aucune victoire n’est vraiment possible. Le système judiciaire est et a toujours été un instrument politique employé contre les groupes considérés indésirables ou réfractaires à l’État. Ce système existe pour protéger la structure sociale coloniale et capitaliste du Canada. C’est une machine infernale et ruineuse qui brise les accuséEs et les pousse à adopter des solutions égoïstes. Ce système est conçu pour détruire des communautés et transformer des camarades en adversaires.

Dans ce contexte où toute victoire paraît impossible, nous avons déterminé ensemble que la meilleure voie à suivre serait de cerner clairement nos besoins et objectifs et d’explorer nos options en conséquence. La gravité des impacts auxquels nous étions confrontéEs variait d’une personne à l’autre. La première condition sur laquelle nous nous sommes entenduEs à été d’éviter toute déportation. Parmi les autres objectifs que nous poursuivions, nous avons également réussi à minimiser le nombre des condamnations, à respecter le plus possible les besoins individuels de chacunE et à tenir compte de l’impact qu’auraient nos décisions sur les mouvements auxquels nous appartenons. Même si nous renonçons à d’importantes batailles politiques en mettant ainsi fin au procès, cette entente répond à certains des objectifs que nous n’étions pas disposéEs à sacrifier.

Au cours de nos discussions, nous avons toujours pris en considération les conséquences politiques de nos choix. Un des résultats notables est le fait qu’aucune condamnation pour complot ne découle de cette poursuite. Nous évitons ainsi la création d’un précédent juridique qui aurait contribué à criminaliser des tâches aussi importantes que routinières, comme la rédaction de tracts ou l’animation d’assemblées. Cette entente permet également de libérer d’importantes ressources qui ont été trop longtemps accaparées par le processus de défense.

Nous sortons de ce processus uniEs et solidaires.

À celles et ceux qui nous ont accuelliEs dans leurs foyers lorsque nous étions assignéEs à résidence, aux autres qui ont amassé de l’argent pour nos dépenses quotidiennes et nos frais juridiques, à celles et ceux qui ont cuisiné pour nous, nous ont écrit, nous ont offert des lifts et nous ont soutenuEs politiquement et émotionnellement, merci.

À ceux et celles qui sont en prison ou toujours accuséEs suites aux actions anti-G20, aux prisonniers et prisonnières politiques, aux rebelles en lutte, nous sommes toujours avec vous.

Aux communautés et aux quartiers en résistance, du Caire à Londres, de la Grèce au Chili, depuis l’Île-Tortue occupée, et jusqu’à ce que la victoire soit nôtre, on se reverra dans la rue.

Comments are closed.
%d bloggers like this: